Par Brenda Norrell
Censored News
20 novembre 2021
Traduction Christine Prat, CSIA

L’accord sur une mine de lithium locale était tenu secret quand Myron Dewey, paiute shoshone, a lancé son dernier avertissement

TONOPAH, Nevada – Un accord sur une énorme mine de lithium était encore tenu secret quand le journaliste Paiute Shoshone Myron Dewey a lancé son dernier avertissement contre l’extraction de lithium dans le Nevada. Myron Dewey a trouvé la mort dans un accident de la route le lendemain de son reportage en ligne, dans lequel il prévenait des dangers du champ de tir de la Marine et de l’extraction de lithium.

La compagnie admet maintenant que l’accord sur le lithium près de Tonopah, dans le Comté de Nye, avait été tenu secret et que l’extraction de lithium est considérée comme de l’or, étant donné que la demande de lithium pour des batteries de voitures électriques, de téléphones et de tablettes augmente.

Le silence autour de l’extraction de lithium dans le pays de Dewey s’est reflété au Sommet des Nations Unies sur le Climat, la COP26 en Écosse, où il a été très peu fait mention des Autochtones qui risquent leurs vies pour protéger la terre et l’eau de l’extraction de lithium. Des poursuites en justice ont généralement résulté de la mort d’enfants qui travaillent dans des mines de cobalt pour les batteries au lithium.

Les voitures électriques font partie du « laver plus vert » des entreprises et des politiques, qui offrent de fausses solutions à la crise climatique.

Le Pahrump Valley Times écrit que la Tonopah Lithium Corporation, officiellement American Lithium Corporation, a plus de 52 000 km² de concessions minières non-patentées, à environ 10 km au nord-ouest de Pahrump, dans le Comté de Nye.

Mike Kobler, directeur général des opérations pour Tonopah Lithium Corp., dit que les concessions de la compagnie ont une valeur équivalente à près de 6 millions de kilos d’or.

« Nous avons délibérément gardé le silence jusqu’à ce que nous ayons bien développé nos projets, selon les lignes permises et selon notre ingénierie et nos sciences géologiques » expliqua Kobler à des commissaires le 2 novembre. Kobler dit que c’était peut-être la première fois que tant de gens entendaient parler des plans de la Tonopah Lithium Corporation dans la région.

Les terres ancestrales des Paiutes et des Shoshone sont depuis longtemps la cible de tests de bombes atomiques, d’entrainement militaire et de vols de drones dangereux, et de l’extraction d’or.

La Tonopah Lithium Corporation vise aussi l’extraction de lithium au Pérou

« La compagnie a deux projets de lithium de qualité dans les concessions de lithium de Tonopah, et un projet au Pérou… Le Nevada et le Pérou sont les principales juridictions pour l’extraction minière dans le monde » dit Kobler.

« Nous sommes bien financés, nous avons 16 millions de dollars en cash et nous venons de collecter 35 millions de dollars, donc nous aurons 50 millions de dollars en cash à la banque, et cela financera nos opérations pour les deux années à venir, alors nous avons de bonnes assises financières » dit Kobler dans l’article du Pahrump Valley Times.

Pendant ce temps, la Cour fédérale des Etats-Unis continue de refuser de reconnaitre le Site d’un Massacre de Paiutes, à Thacker Pass, où un projet de mine de lithium destructeur vise le site du massacre et une terre encore intacte, dans le nord du Nevada.

Myron Dewey a été tué dans un accident de voiture le lendemain de son reportage en direct, près de la maison de son enfance, sur une piste éloignée, à côté de la maison de sa famille, près de Yomba, dans le Comté de Nye. La veille, il avait averti des dangers du champ de tir de la Marine et de son projet d’expansion, et de l’extraction de lithium.

Il y a quelques années, le reportage par drone de Myron Dewey avait dénoncé la police militaire et la sécurité privée qui protégeaient le Dakota Access Pipeline à Standing Rock, en 2016 et 2017. La vidéo dénonçait aussi la violence excessive de la police qui avait causé de graves blessures aux Protecteurs de l’Eau.

***

Protéger Thacker Pass

« Pour ne pas avoir consulté à temps les tribus – en fait, il n’y a pas eu de vraie consultation du tout – les archéologues et le Bureau d’Aménagement du Territoire n’ont pas effectué de recherche valable sur Peehee Mu’Huh [Thacker Pass] » dit Michon Eben, Agent de la Préservation Historique Tribale de la Colonie Indienne de Reno-Sparks. https://www.protectthackerpas.org/

Photo by Max Wilbert

Par Brenda Norrell
Censored News
7 septembre 2021
Traduction Christine Prat, CSIA-Nitassinan

Dans la course au lithium pour les batteries de voitures électriques, un juge fédéral a donné son autorisation à une compagnie de lithium, dans le nord du Nevada, pour commencer à creuser le site d’un massacre d’Autochtones à Thacker Pass.

La décision du juge, qui prend le parti de Lithium American Corp., est importante, parce qu’elle implique des violations de plusieurs lois fédérales qui protègent les sites sacrés Autochtones, et parce que le Bureau d’Aménagement du Territoire (BLM) n’a pas consulté les Autochtones.

La Juge de District Miranda Du, a rejeté la proposition des dirigeants tribaux de bloquer le forage pour permettre une étude archéologique exigée avant que la construction puisse commencer à la mine de lithium du Nevada.

La juge Du a opposé un refus à la requête des tribus d’une injonction préliminaire empêchant le creusement d’une tranchée destinée à recueillir des échantillons près de la frontière avec l’Oregon, sur le site du plus grand gisement de lithium connu aux Etats-Unis, selon la Gazette de Reno.

La juge Du a décidé, « principalement parce que les tribus n’ont pas montré qu’elles allaient probablement recourir à leur plainte selon laquelle la décision du BLM de ne pas les consulter n’était pas raisonnable ou avait été prise de mauvaise foi, n’ont pas présenté suffisamment de preuves spécifiques des dommages irréparables qui se produiront probablement si le creusement a lieu, et comme expliqué plus bas, la Cour rejettera la Motion. Cependant, cette décision ne résout pas les mérites des plaintes des Tribus. De plus, en prenant en considération la requête équitable des Tribus, la Cour ne manque pas d’accorder du crédit aux arguments d’équité et historiques plus généraux des Tribus, mais la Cour doit opérer dans le cadre des lois et règlements applicables. »

Le texte original du jugement est sur : https://www.keepandshare.com/doc18/24788/judge-du-denial-2-9-3-21-pdf-616k?da=y

Brian Oaster, membre de la Nation Choctaw d’Oklahoma, écrit, dans High Court News : « Un juge fédéral autorise des travaux d’excavation sur le site d’un massacre d’Autochtones ».

« La Colonie Indienne de Reno Sparks et les Atsa koodakuh wyh Nuwu (les Gens de Red Mountain), membres et descendants des Tribus Paiute et Shoshone de Fort McDermitt, veulent mettre un terme à l’extraction minière à Peehee mu’huh, ou Thacker Pass, site d’un massacre dans le nord du Nevada. »

« La Juge en chef de la Cour de District U.S. Mirande Du, a décidé vendredi d’autoriser le travail d’excavation à continuer pour extraire du minerai dans le Nord du Nevada, prenant parti pour la Lithium American Corp. »

« Tandis que d’autres communautés Autochtones comme la Tribu Hualapai, continuent leurs batailles contre les géants de l’énergie à propos de l’extraction de ressources, la décision de Du constitue un dangereux précédent. »

Le 12 septembre, aura lieu une commémoration en l’honneur des victimes de ce massacre.

Des Autochtones et des soutiens se rassembleront le 12 septembre pour commémorer un Massacre de 1865

Par Protect Thacker Pass

Des opposants au projet de mine de lithium de Thacker Pas, dans le nord du Nevada, se rassembleront dimanche 12 septembre, pour commémorer le massacre d’au moins 31 Paiute du Nord, le 12 septembre 1865, avec des prières et des chants.

Le rassemblement de dimanche débutera à 10h30, à « Sentinel Rock », un rocher d’une grande importance culturelle, sur la pente est de Thacker Pass, et se terminera dans les camps de protestation plus à l’ouest du col. Les opposants sont sur le site depuis janvier dernier.

« Notre commémoration est un évènement spécial, en l’honneur de nos ancêtres et de ce site sacré que nous appelons Peehee Mu’huh [le nom Paiute de Thacker Pass] », dit Daranda Hinkey, membre de la tribu des Gens de Red Mountain, l’un des groupes qui s’opposent à la mine de Thacker Pass.

« Cent cinquante-six ans après ce massacre, nous nous rassemblons pour honorer nos ancêtres comme il convient. Nous avons le sentiment qu’il est de notre responsabilité de protéger ces sites funéraires et lieux sacrés. »

Le massacre de 1865, qui fait partie de ce que l’historien Gregory Michno décrit comme « un long été de chasse aux Indiens renégats », commença quand des soldats quittèrent leur camp près de Willow Creek, moins d’1,5 km de Sentinel Rock. Le 12 septembre 1865, à une heure du matin, le 1er régiment de Cavalerie du Nevada partit pour encercler un camp voisin de Paiute du Nord, à l’ouest de Willow Creek, à Thacker Pass, mais furent découverts.

La Cavalerie est arrivée en tirant et le camp a été totalement éradiqué. Dans son livre « La Guerre Indienne la plus Meurtrière de l’Ouest », Michno écrit que le massacre a duré trois heures et s’est étendu sur plusieurs kilomètres. »

On pense que de nombreux Paiutes ont également été blessés. Un soldat de la cavalerie a été blessé, mais aucun tué. Il y eut trois survivants : deux bébés qui ont été emportés par un soldat, et un jeune homme qui s’est enfui à cheval.

Les opposants à la mine de Thacker Pass croient que le massacre a eu lieu dans les limites du projet de mine Lithium Nevada, et des documents historiques corroborent cette idée. Le Bureau d’Aménagement du Territoire et Lithium Nevada ont toujours nié qu’un massacre ait eu lieu à Thacker Pass, ce qui prouve que leur consultation des tribus a été inadéquate, que leur recherche historique sur le site a été inadéquate, et leur intention de continuer à le passer au bulldozer malgré tout.

Le massacre a eu lieu dans le contexte de la « Guerre du Serpent », un mouvement de guérilla qui officiellement a duré de 1864 à 1868, mais est arrivé après une décennie de tensions et de montée de la violence. Tout au long des années 1850s et 1860s, des colons de l’est des Etats-Unis ont débarqué en masse dans l’ouest, traversant les terres des tribus Paiutes du nord, Shoshone et Bannock, s’appropriant les sources d’eau, chassant en excès le gibier. Les colons croyaient avoir droit à la terre, alors que les Autochtones voyaient leurs actions comme un manque de respect, des effractions et des atteintes directes à leur survie. La violence était inévitable, et en 1864, la Guerre du Serpent, qui aurait fait officiellement 1762 victimes, était sur le point d’éclater.

L’idéologie derrière la Guerre du Serpent était celle de la « Destinée Manifeste », la doctrine de l’Église Catholique selon laquelle les Etats-Unis s’emparaient de la terre des Autochtones. Ça a entraîné un racisme généralisé, comme le prouve le journal Owyhee Avalanche, qui écrivait après le massacre de 1865, que le nombre de morts concernait « 31 Indiens toujours amis. »

[…]

Honneur à nos Ancêtres – Commémoration de Peehee Mu’huh

Les ancêtres des Gens de Red Mountain ont combattu dans d’innombrables batailles, l’une datée du 12 septembre 1865, au cours de laquelle beaucoup d’Autochtones ont été brutalement massacrés par la Cavalerie des Etats-Unis près de Peehee Mu’huh.

156 ans plus tard, les Paiutes et les Shoshone honoreront leurs ancêtres comme il le faut. Ils pensent que c’est leur responsabilité de protéger ces sites funéraires et lieux sacrés.

[Suit le programme de la commémoration du 12 septembre 2021, les recommandations vestimentaires et contre le Covid].