En 2016, lorsque des Protecteurs de l’Eau ont résisté à la construction de l’oléoduc DAPL, la compagnie Energy Transfer a fait appel à des mercenaires de la société privée TigerSwan pour faire le sale boulot de répression. Des milliers de pages de fichiers sur TigerSwan sont actuellement l’objet d’une bataille juridique, le propriétaire du DAPL s’opposant à la diffusion par The Intercept de ces documents pourtant publics. Certaines fuites ont été transmises à l’Intercept. L’article ci-dessous est en partie issu de ces fuites.

Christine Prat

DES PALESTINIENS AYANT SOUTENU LES PROTECTEURS DE L’EAU À STANDING ROCK ONT ÉTÉ CIBLÉS PAR LES MERCENAIRES DE TIGERSWAN

Par Brenda Norrell
Censored News
13 avril 2022
Traduction Christine Prat, CSIA-Nitassinan

Quand des Palestiniens ont rejoint le soutien aux protecteurs de l’eau de Standing Rock, en 2016, les mercenaires de TigerSwan les ont ciblés, selon des fichiers divulgués à l’Intercept.

Actuellement, dans le Dakota du Nord, il y a, dans les documents de TigerSwan, des Palestiniens qui ont été victimes de profilage racial et d’autres visés et harcelés par les mercenaires de l’oléoduc.

Aujourd’hui, 16 000 pages de fichiers d’espionnage de TigerSwan sur Standing Rock, font l’objet d’une bataille juridique devant la Cour Suprême du Dakota du Nord. Un tribunal de district a jugé que ces documents étaient publics et ordonné leur diffusion. La compagnie de l’oléoduc s’est précipitée vers une Cour plus haute pour garder ces documents secrets.

Energy Transfer, propriétaire du Dakota Access Pipeline, combat First Look Media, propriétaire de The Intercept, dans cette coûteuse bataille légale pour que ces documents restent secrets.

On sait déjà que les mercenaires de TigerSwan, engagés par l’oléoduc, ont employé un langage incendiaire quand ils ciblaient les Palestiniens à Standing Rock et les mettaient en danger.

TigerSwan fournissait la surveillance aux forces de l’ordre militarisées à Standing Rock.

Un activiste Palestinien-Américain signalé dans les rapports, a été choqué d’entendre son nom dans ce contexte.

« En tant que peuple Autochtone, les Palestiniens sont solidaires de tous les autres peuples Autochtones et soutiennent leur droit à la terre, l’eau et la souveraineté » dit-il à l’Intercept.

« Insinuer que notre foi assumée est un drapeau rouge pour des tactiques terroristes est un exemple de plus d’ignorance délibérée et des tentatives continuelles de l’establishment pour criminaliser les protestations non-violentes et justifier la violence contre elles. »

Maintenant, la Cour Suprême du Dakota du Nord doit décider si elle doit rendre public les 16 000 documents que TigerSwan a remis au conseil de régulation du Dakota du Nord, après que le conseil ait jugé que TigerSwan avait travaillé dans le Dakota du Nord sans licence.

Les enjeux sont élevés pour Energy Transfer, propriétaire de l’oléoduc, qui a employé les mercenaires.

En septembre 2016, Nadya Tannous était présente à Standing Rock, avec les Protecteurs de l’Eau, et a réfléchi au pouvoir de cette solidarité et à son futur.

« Le feu du conseil est à l’entrée principale du Camp Oceti Sakowin, bordé de rangées de drapeaux représentant beaucoup des Nations Autochtones venues pour soutenir Standing Rock » écrit N. Tannous dans son article pour Mondoweiss, Des Palestiniens Se Joignent aux Sioux pour Protester contre le Dakota Access Pipeline.

« Au bout d’une rangée, il y a le drapeau Palestinien. Sa vue me remplit également de joie et de tristesse, parce que ça confirme deux choses auxquelles j’ai réfléchi en faisant la longue route de la Californie au Dakota du Nord : la première pensée est que le pouvoir de la résistance collective contre la cupidité et le colonialisme de peuplement est une force puissante.

« Cette pensée était incarnée dans ma joie de voir une représentation de volonté par des frères Palestiniens jusque là invisibles, venus prendre position contre des pouvoirs destructifs.

« La seconde pensée était incarnée dans la tristesse, car, si la lutte pour la protection de l’eau, de la culture, de la terre, de l’héritage et des moyens de vivre est vraiment reflétée à Standing Rock et en Palestine, la lutte à venir est à la fois vaste et sans compromis » écrit N. Tannous.

Le Mouvement de la Jeunesse Palestinienne disait dans sa déclaration de soutien aux Protecteurs de l’Eau de Standing Rock : « Nous condamnons toutes les formes de violence d’état contre nos frères des Premières Nations et notons que la sape de leur souveraineté et de leurs moyens d’existence fait partie de la dialectique permanente du colonialisme de peuplement internationalement. »

« Depuis l’arrivée de colons à Turtle Island, les Premières Nations ont résisté au génocide et au déplacement. Du vol de terre aux réserves, des pensionnats aux massacres, l’état a fait tout ce qui était en son pouvoir pour éradiquer les peuples des Premières Nations. Cependant, ils sont toujours avec nous aujourd’hui et ils continuent à résister. Protéger leur terre, leur peuple et les générations futures du DAPL est un testament de leur force et de leur résilience. »

Aujourd’hui, de braves cœurs partout dans le monde se lèvent en solidarité avec les Protecteurs de l’Eau de Standing Rock et avec la Palestine.

L’article de Nadya Tannous Palestinians join Standing Rock Sioux to Protest Dakota Access Pipeline (2016)
https://mondoweiss.net/2016/palestinians-standing-pipeline/


Par Brenda Norrell
Sur Censored News
14 février 2022
Traduction Christine Prat, CSIA-Nitassinan

C’est ici, dans le désert du Nevada, que les Etats-Unis veulent enterrer leurs secrets. Et ces secrets explosent ici, et laissent une trace de mort pour les Shoshone, dans leur propre pays, sur le site d’essais nucléaires.

Le désert du Nevada est le lieu où les héritages de Julian Assange, de Wikileaks, et du Paiute-Shoshone Myron Dewey se croisent.

C’est à la Base de l’Armée de l’Air de Creech, que des lanceurs d’alerte militaires chargés des drones, ont décrit les renseignements erronés et les assassinats irresponsables par des pilotes de drones, exerçant par ordinateur une surveillance partout dans le monde, et les missiles qui tuent les cibles du gouvernement américain. Les femmes et les enfants tués sont ignorés. Au moins un citoyen Américain a été assassiné de cette façon.

Myron Dewey, comme Wikileaks, a dénoncé des vérités dont personne d’autre n’aurait osé parler. À Standing Rock, Myron Dewey avait photographié la police, les agents de TigerSwan, et d’autres firmes de sécurité, autour du Dakota Access Pipeline. Myron avait filmé leurs tours d’espionnage avec son drone de vidéo. Son drone était au-dessus, quand les Protecteurs ont été attaqués avec des canons à eau et des projectiles, le 20 novembre 2016, à Standing Rock.
Photo prise par Myron Dewey à Standing Rock, en septembre 2016. ©Les ayant-droit de Myron Dewey.

La veille de son accident mortel, Myron avait filmé en direct du champ de tir de Fallon, dans son pays, au centre du Nevada. Il avait aussi prévenu du projet de mine de lithium, sur le Site d’un Massacre de Paiute, à Thacker Pass, dans le nord du Nevada.

Au moment même où il était révélé que les Etats-Unis avaient discuté le possible assassinat de Julian Assange, Myron Dewey était tué par un camion qui s’était mis sur sa voie et l’avait heurté de front, sur une piste isolée, près de la maison de sa famille, à Yomba, dans le Nevada, à l’est de Reno.

Assange et Dewey ont ouvert des fenêtres sur des mondes que les Etats-Unis ne voulaient pas seulement laisser fermées, mais les condamner et les faire disparaitre en silence.

Dewey a révélé la preuve des graves blessures infligées aux Protecteurs de l’Eau à Standing Rock, dans le Dakota du nord. Une jeune femme a eu un bras déchiré par un projectile des forces de l’ordre, deux Protecteurs Autochtones se sont fait tirer dans les yeux, et des Protecteurs de l’Eau pacifiques se sont fait tirer dessus avec des grenades lacrymogènes, des balles en caoutchouc et autres projectiles. D’autres ont été attaqués par les chiens de firmes de sécurité.

Les preuves filmées par Myron montrent des sheriffs adjoints locaux et nationaux, des policiers locaux et de l’état, et des Gardes Nationaux responsables. Myron avait photographié des espions recrutés pour l’oléoduc qui harcelaient les gens, parmi lesquels des gens de la firme TigerSwan, des mercenaires embauchés pour l’oléoduc, qui fonctionnait dans le Dakota du Nord sans licence. Myron avait photographié leurs visages et leurs véhicules.

Dans le Nevada, les traces de mort commencent avec les massacres d’Autochtones sur leurs terres ancestrales. La géographie de la mort continue avec les essais de bombes atomiques et la propagation de radiations qui ont causé des cancers, dans les territoires Shoshone.

Les traces de mort continuent maintenant avec une pression sur un ordinateur à la Base de l’Armée de l’Air de Creech. Il suffit d’une erreur d’information et d’une négligence irresponsable, pour qu’un assassinat ait lieu à l’autre bout du monde.

La mort continue d’être répandue avec l’extraction de lithium pour de fausses solutions vertes et les énormes quantités d’eau qui seront utilisées. Les produits toxiques de l’extraction détruisent la vie du monde naturel quand la terre est éventrée.

Puis il y a les bombes, le champ de tir de la Marine, dans le pays de Myron, le pays de Wovoka. Le champ de tir signifie la mort pour le monde naturel, et prépare des morts au-delà du désert du Nevada.

Les lieux cités dans l’article sont sur cette carte

***

Article ©Brenda Norrell, Censored News, le contenu ne peut être utilisé sans permission écrite. Les photos sont la propriété du photographe ou de ses ayant droits.


Photo MuckRock

 

Note: MuckRock est, d’après Wikipedia, une association fondée par deux diplômés de Cornell University, pour défendre la Loi sur la Liberté d’Information.

 

DES PROMOTEURS D’APARTHEID REDUISENT LES CRITIQUES AU SILENCE, INSTALLENT DES TOURS DE SURVEILLANCE ET SONT OBSEDES PAR LA PRESENCE D’UN DRAPEAU PALESTINIEN A STANDING ROCK

Par Brenda Norrell
Censored News
20 juillet 2017
Traduction Christine Prat

 

Quarante-trois Sénateurs des Etats-Unis veulent faire un crime du boycott d’Israël et du soutien à la Palestine. Pendant ce temps, le site MuckRock révèle que les mercenaires non-autorisés de TigerSwan ont harcelé des Palestiniens dans les camps de Standing Rock. Les firmes de relations publiques engagées par Dakota Access Pipeline – et leur réseau de médias – étaient particulièrement obsédées par un drapeau Palestinien vu à Standing Rock.

Ceci arrive alors que l’entrepreneur Israélien pro-Apartheid Elbit Systems s’apprête à construire des tours de surveillance dans une zone du territoire de la Nation Tohono O’odham où se trouvent des sites funéraires O’odham.

 

Un entrepreneur Israélien s’apprête à construire des tours de surveillance sur des cimetières O’odham

Les Etats-Unis ont déjà attribué le contrat pour construire des tours d’espionnage en territoire Tohono O’odham à Elbit Systems, un entrepreneur sous contrat avec le gouvernement Israélien qui pratique l’Apartheid quotidiennement sur les frontières Palestiniennes et dans le ciel avec des drones.

Jusqu’à maintenant, le Conseil Législatif Tohono O’odham élu n’a pas soutenu le District de Gu Vo [le district de Gu Vo est une subdivision administrative de la Réserve Tohono O’odham, à la frontière Arizona/Mexique]. Gu Vo avait exigé que les Etats-Unis et Israël mettent un terme aux projets actuels de construire ces tours de surveillance en territoire Tohono O’odham, là où il y a des sites funéraires. Gu Vo a rédigé une résolution pour objecter, elle a été ignorée.

A Standing Rock, le soutien des Palestiniens était surveillé par TigerSwan, les mercenaires embauchés par Dakota Access Pipeline. Ces mercenaires extrêmement bien payés, ont été embauchés pour espionner, infiltrer et finalement, organiser une force de police militarisée contre des personnes âgées, des femmes et des enfants sans armes. TigerSwan n’avait pas la licence pour travailler dans le Dakota du Nord. Auparavant, des plaintes avaient été déposées contre le propriétaire de TigerSwan, pour violence familiale. TigerSwan, sans licence, dirigeait la sécurité de DAPL à Standing Rock, supervisant de nombreux contractuels de firmes de sécurité privées, et, à la fin, des forces de police lourdement armées, entre autres avec des véhicules militaires.

Dakota Access Pipeline s’appuyait sur les mercenaires de TigerSwan, et des firmes de relations publiques, pour faire son sale travail à Standing Rock

Le site de MuckRock relate aujourd’hui [20 juillet 2017] comment les camps des Protecteurs de l’Eau de Standing Rock étaient surveillés, et plus particulièrement, le drapeau Palestinien dans l’un des camps.

“La plaie des Relations Publiques qui travaillaient pour les guerres de Bush, ont travaillé pour discréditer le mouvement #NoDAPL comme ‘agitateurs venus de l’extérieur de l’état’, avec des liens avec la Palestine et Soros” écrivait MuckRock.

“Des emails montrent que les firmes Delve et Off the Record Strategies, apparemment contractées par l’Association Nationale des Sheriffs (NSA), ont travaillé en secret sur les points de discussion, l’influence des médias et la formation aux communications pour les forces de l’ordre s’occupant des opposants au Dakota Access mobilisés dans la Réserve Sioux de Standing Rock, à Cannon Ball, dans le Dakota du Nord” selon les reportages de MuckRock.

“Comme il a été rapporté par le Blog DeSmog, la firme DCI Group, liée au Parti Républicain [GOP], a dirigé les relations publiques de façade pour Dakota Access, via un groupe servant de devanture appelé Midwest Alliance for Infrastructure Now (MAIN). Aujourd’hui, MAIN s’est transformé en une activité nationale connue sous le nom Grow America’s Infrastructure Now (GAIN).”

Voir l’article de MuckRock.